Hoppa yfir valmynd

Journée de la langue islandaise

L'île de Flatey, Islande - myndRagnar Th. Sigurðsson

Chaque année depuis 1996, la journée de la langue islandaise est célébrée le 16 novembre. La date fut choisie pour coïncider avec l'anniversaire de l'un des plus grands poètes Islandais, Jónas Hallgrímsson.

La culture et l'histoire islandaises sont intimement liées à la langue. L'islandais est la langue officielle et nationale, l'Islande étant un cas unique, composé qu'il est de différentes régions qui n'ont pas leur patois. L'islandais se rattache à la branche nordique des langues germaniques au sein de la famille des langues indo-européennes, et comme toutes les langues germaniques, offre de nombreuses et riches possibilités de combinaisons. Il a le plus de parenté avec le féroïen et quelques dialectes de l'ouest de la Norvège, il est plus éloigné du danois et du suédois. Des cousins lointains, si l'on peut dire, sont l'anglais, le néerlandais et l'allemand. C'est une langue qui offre à l'étranger de grandes difficultés phonétiques et grammaticales, en raison de la complexité des conjugaisons et déclinaisons d'une part, et d'un système d'adverbes très élaboré. D'autre part, bien que l'islandais utilise les lettres de l'alphabet latin, il comporte plusieurs caractères et accents spécifiques, ð, þ, æ, alors que les lettres c, q, w et z n'y existent pas.

Les Islandais aiment leur langue et la défendent contre l'invasion de mots étrangers : les néologismes internationaux et le vocabulaire technique y sont intégrés en les adaptant. Des exemples : le mot pour téléphone : sími (fil qui parle), pour logiciel : hugbúnaður (littéralement équipement pour penser), vegabréf (passeport - feuille de route). Le mot pour désigner un ordinateur, tölva, a été inventé en combinant tala (nombre) et völva (prophétesse de la mythologie germanique). Les Islandais n'ont aucune difficulté à lire et comprendre un texte islandais ancien, seule la prononciation a évolué. Rares sont les mots provenant de l'étranger, citons banani, kaffi, tóbak.

Les noms se déclinent également, et conformément à l'usage patronymique islandais qui est fondé sur l'attribution du patronyme par le prénom de l'un des parents suivi de "fils de" ou "fille de" : Anna Gísladóttir étant la fille de Gísli, Gísli Helgason lui-même étant le fils de Helgi, etc., et puisque nous évoquions le téléphone, l'annuaire téléphonique se singularise par l'énumération alphabétique des abonnés par prénom, ce qui donne une multitude d'abonnés d'un même nom.

Plus d'informations sur le site d'Árnastofnun.

Tags

Contact us

Tip / Query
Spam
Please answer in numerics

This website uses cookies to ensure you get the best experience on our website. Read more